La paix commence dans ton assiette Lance-toi ! maintenant.

Si tu lis ces lignes, tu es sans doute une personne qui essaie de vivre sans nuire aux autres, sans faire souffrir, sans tuer, on pourrait dire « en paix ». Parallèlement, de façon plus ou moins régulière, tu manges de la viande ou du poisson sans plus de gêne qu'un morceau de pain. Dans ton esprit, il n'y a pas de lien entre cette nourriture et la violence qu'elle a nécessité.

Au fond, tu le sais.

Les animaux que l'on mange ont une vie émotionnelle, craignent, souffrent, tout comme les chiens, les chats ou les humains. Sans avoir jamais visité d'abattoir, tu ressens une émotion négative lorsque tu imagines des mises à mort : gêne profonde, dégoût ou horreur. C'est ton empathie naturelle qui s'exprime. Tu le sais, la paix n'est ni où l'on tue, ni où l'on fait souffrir.

Déconnexion.

Tout cela, tu l'oublies quand tu manges de la viande. L'esprit humain sait se protéger des vérités trop dures à accepter, des émotions trop violentes et de la culpabilité. Le fait de consommer de la chair animale est alors totalement déconnecté des réalités qui l'ont immanquablement précédé : souffrances, peur, et mort.

Reconnexion.

Pourtant, nul besoin d'être bouddhiste pour le sentir au fond de ton coeur : pour manger un animal, il faut prendre sa vie. Le mettre à mort. Le tuer. Et cela n'a pas pu se faire dans la paix, la non-violence. Peu importe le nombre d'intermédiaires entre l'animal vivant et ton assiette. Manger de la chair animale implique forcément de [faire] tuer. Dès notre plus jeune âge, notre culture nous pousse à l'oublier ou à le banaliser car ce n'est pas une véritable culture de la paix. D'autre part, le système commercial en place met tout les moyens en oeuvre pour nous faire oublier la réalité. Mais dans ton assiette, tu as le pouvoir, celui de choisir ce que tu manges, de vivre sans prendre la vie, sans détruire, sans faire souffrir. C'est donc là que la paix commence.

Bienfaits collatéraux.

La paix par le choix alimentaire ne s'arrête pas à épargner les animaux que l'on ne mange pas.

Le deuxième bienfait de la végétalisation des assiettes est qu'elle constitue une solution à la faim dans le monde. L'explication est simple : si un animal permet de fournir un certain nombre de repas, la nourriture que cet animal a mangé pendant toute sa vie aurait pu fournir de 3 à 9 fois ce nombre de repas (ratio variable selon l'espèce animale considérée). Autrement dit, on nourrit entre 3 et 9 fois plus d'humains si ces humains sont végétariens... Des chiffres bien connus dans la sphère scientifique et économique mondiale, que l'on évite de communiquer aux consommateurs.

Troisième bienfait de l'adoption d'un régime végétarien : c'est le geste le plus écologique que tu puisses faire au quotidien. Consommation d'eau, pollution de l'atmosphère et des sols, déforestation, surpêche... La consommation massive de chair animale est une des plus grandes causes de la misère écologique qui menace notre planète.

Résumons : être végétarien, c'est un choix essentiel pour être en paix avec les humains, les autres animaux et notre planète. On a oublié quelqu'un?

Une rime d'avance

Einstein

De nombreuses personnes connues pour leurs capacités de coeur et d'esprit n'étaient, eux, pas en retard : Einstein, Gandhi, Leonoard de Vinci, Martin Luther King, Théodore Monod, Sénèque, Platon, Darwin, Benjamin Franklin, Kafka, Rajandra Pachauri, Schweitzer, Isaac Bashevis-Singer, Tolstoï et Yourcenar ne sont que quelques exemples de végétariens célèbres... Humanisme rimerait-il avec végétarisme? Aucun doute.

Ta santé : non à l'intox.

Ah, oui, être en paix, c'est essentiel, mais il faut aussi être en bonne santé. Coup de chance : l'être humain n'a pas besoin de chair animale pour vivre toute sa vie en parfaite santé. Il vit même mieux et plus longtemps encore lorsqu'il mange peu ou pas de produits d'origine animale et soigne son alimentation. Il faut le répéter haut et fort : une alimentation végétarienne équilibrée est bonne pour la santé, du début à la fin de la vie, y compris pour les femmes enceintes ou allaitantes.

Les professionnels de santé qui affirment le contraire (ils sont encore très nombreux en France) devraient actualiser leurs connaissances en nutrition et/ou s'inquiéter de l'influence des lobbies sur leur pratique professionnelle. Ils pourraient par exemple commencer par lire le rapport indépendant de l'Association de Diététique américaine (70 000 praticiens !), sur l'alimentation végétarienne faisant référence depuis plusieurs années ici et s'adresser aux médecins de l'APSARes (Association des Professionnels de Santé pour une Alimentation Responsable). Quoi qu'il en soit, ne les laisse pas te faire peur, ils sont très en retard !

Prêt(e) ?

Si chaque personne qui désire la paix vit chaque jour de façon réellement non-violente et respectueuse, alors la paix s'étendra progressivement dans le monde. Nous pensons et nous ressentons profondément que le végétarisme fait nécessairement partie de cette démarche. Avec nous ? A toi de jouer !

Suis le guide ! :>